Séjour linguistique à Bournemouth

 HERE WE ARE!

Comme vous avez été nombreuses à me poser des questions sur mon séjour linguistique outre-manche, voici un petit article sur mon expérience à Bournemouth. 
L’occasion pour moi d’avoir un petit peu de « recul », puisque je vis à Bournemouth depuis maintenant un mois. Bon déjà pour commencer, les bases, Bournemouth c’est la côte baby! Au sud ouest de l’Angleterre, je ne vais pas vous sortir tout l’historique, pour ça il y a wikipédia!
Mes objectifs.
J’ai eu ma licence de communication à Bordeaux (avec mention (ouiça a toute son importance!)) en juin dernier. Et n’ayant pas du tout envie de me lancer dans un master, j’ai préféré faire un break dans mes études pour partir à l’étranger et apprendre l’Anglais. Ce qu’il faut savoir c’est que les masters en communication sont plutôt sélectifs. Je préféré « perdre » une année et pouvoir me présenter avec la mention « Anglais – Lu, Ecrit, Parlé » sur mon CV, ce qui, en cursus de communication, ne me semble pas facultatif… Voici ce qui m’a donc motivé à partir en Angleterre. Fair enough !
Pourquoi pas ERASMUS?
Alors oui, Erasmus c’est géééénial. MAIS. Tu ne peux partir que dans certains cas dans ma fac, Bordeaux III (je ne vais pas généraliser parce que je ne sais pas ce qu’il en est ailleurs). En tout cas chez nous, on ne peut pas partir en L1, et dans certaines filières on ne peut postuler à un Erasmus qu’en L3 (LLCE, LEA…). Concernant mon UFR, l’ISIC (institut des sciences de l’information et de la communication), ils sont bien mignon mais les destinations proposées n’incluent pas le Royaume Uni. Par contre si tu veux allez en Suède, Finlande ou Turquie c’est possible. Sachant aussi qu’il y a 2/3/4 places par UFR et par universités d’accueil, que les places sont attribués en fonction des résultats, le départ n’est pas garanti à 100%. Dans mon cas, n’ayant aucun intérêt à partir ailleurs que dans un pays anglophone, je n’ai pas voulu partir dans le cadre de ma licence. Puis, dans les masters de com proposés à Bordeaux III toujours, on ne propose pas de partir en Erasmus… Du coup, la situation était un peu bouchée, d’où :
L’alternative !
Je me suis donc renseignée pour pouvoir partir tout de même cette année. Sachant que je n’ai qu’un trimestre (11 semaines pour être précise), je voulais un programme intensif, une immersion totale. Car un trimestre c’est relativement court pour apprendre une langue… J’ai donc trouvé un organisme Bordelais, Oliver Twist, qui propose des séjours à l’étranger et la possibilité de partir au pair ou pour travailler (essentiellement hôtellerie, restauration) mais ce, que pour une longue durée. Comme c’était le moins cher du marché, je me suis tourné vers eux. Bien sur ils ne proposent pas London comme destination mais Bournemouth. Personnellement j’en ai rien à cirer, London coûte la peau des fesses, et n’a pas de plages ! Puis Bournemouth, c’est LA ville étudiante, européenne, vacancière des UK.

Mon programme:

J’ai payé 1900£ soit 2300€ pour partir avec Oliver Twist. Sachant que j’ai tout de même filé 280€ à l’agence pour des frais de dossier (qui se résument finalement à transférer les informations par mail à English 2000 qui eux s’occupent de tout le boulot sur place). Donc si vous pouvez passer directement par l’école c’est bien mieux pour le porte monnaie… Revenons en à cette coquette somme que j’ai du débourser. Compris là dedans, le logement, la demi pension, l’école. Il faut savoir que les cours ET les logements en Angleterre sont très cher, c’est le bon point d’Erasmus puisque les frais de scolarité sont payé une France.
La famille d’accueil:
J’ai aussi choisi le programme « famille » et culturellement parlant c’est très enrichissant.

 (wahhhoou enfin une image!)
Je vis dans un quartier réditentiel à Southbourne à 30/40m de bus du centre de Bournemouth. Ma famille est vraiment adorable. On s’assoit tous les soirs à table pendant environ 45 minutes et on discute de tout! En plus ils cuisinent super bien donc les idées reçues sur les anglais qui cuisinent mal c’est fini ! Est compris en demi pension : le petit déjeuner et le dîner, et le weekend, le petit déjeuner, un déjeuner léger, et le dîner. Autant vous dire que je ne paie 3 fois rien pour ma bouffe… Je partage aussi ma chambre « Twin Room » avec une (adorable) coloc allemande. On parle anglais du lever au coucher et c’est vraiment l’idéal. Je crois que pour une formule comme ça c’est 90£ la semaine. Pour comparer, j’ai des copines qui sont en chambre simple sans demi pension et qui paient 80£/week… Donc pour 11 semaines ça fait 990£ payé à la famille.
L’école English 2000:
Avant de partir, je n’avais pas un niveau d’anglais ouf malade. En terme de conjugaison j’ai toujours été à la ramasse mais en terme de vocabulaire je me démerde pas mal vu que je regarde séries/films en VO depuis des années. Je me suis donc retrouvée après un test d’entrée de niveau, dans la classe B2 soit « upper intermediate », au bout de 2 semaines on m’a demandé de changer pour le niveau C1/C2 soit « advanced ». Sachant qu’il y a une grosse flopée d’étudiants qui arrivent et ne parlent pas un mot (ou presque) d’anglais… Le gros piège de ce genre d’école c’est le nombre de français inscrits car il est plus facile de créer des liens dans sa langue maternelle. Comme je sais pourquoi je suis là, je me suis fait des copines allemandes, hollandaises, espagnols. Ainsi, aucun risque de parler français. Quand j’en vois certains qui sont là depuis 2/3 mois et qui ont de grosses lacunes d’expressions orales parce que justement ils ne parlent qu’en français… je ne vois pas vraiment l’intérêt… M’enfin chacun sa route chacun son chemin ! En terme de cours, je me suis déjà fâchée avec l’administration car étant un « advanced », j’ai parfois eu des professeurs qui enseignaient d’une manière très enfantine. Youhou, c’est pas parce que j’apprends une langue que j’ai 5 ans 1/2! J’ai cours tous les matins de 9h à 12h30 soit 2 séances avec 2 profs différents. On apprend beaucoup de vocabulaire, on fait aussi de l’< b>expression orale, de la grammaire, un peu de lecture… Malheureusement pas assez d’expression écrite. Mais il y a des enseignements que je dois aller chercher par moi même pour avoir une entière satisfaction.

Et à part les cours?

Pour rebondir sur l’apprentissage de la langue, pendant mon temps libre je lis beaucoup (bien plus qu’en France). J’essaie de balayer tous les styles car c’est comme ça que l’on imprègne le plus de vocabulaire. J’arrive enfin à bout du Da Vinci Code (600 pages quand même le petit pour un premier bouquin en anglais c’est un sacré pavé). Je lis la presse anglaise, Le I pour les news, le côté formel, le langage newspaper, les faits divers, le judiciaire. Un petit peu de people ou presse féminine pour le côté carrément informel (et inintéressant par la même occasion mais ça permet de saisir des expressions du langage courant). Je regarde aussi mes sitcoms en VO sous-titré anglais et je suis doucement en train de passer à du VO sans sous-titre (ça fait plaisir sachant que quand je suis arrivée j’étais en VOSTFR). J’ai essayé de me trouver une équipe de basket mais les Anglais sont un peu bizarre parfois, en plus de conduire à droite, le basket en Angleterre n’est pas du tout populaire, les filles jouent au netball (complètement ridicule). Du coup je joue dehors (comme s’il ne faisait pas assez froid comme ça) avec des mecs bien grands, à la dur, du streetbasketball en somme. Of course je sors souvent avec mes amies des quatre coins de l’Europe et c’est très enrichissant. 
J’ai aussi la chance d’habiter à deux pas d’un joli petit parc (aperçu là), lui même à côté d’une rivière (ici), qui est elle même à côté de la plage (over there!). C’est un vrai petit havre de paix, parfait pour partir en balade ou faire du jogging. Et c’est pour ça que je suis bien contente d’habiter là!

 Et l’Angleterre…?

Depuis un mois que je suis là, j’apprécie vraiment en apprendre sur la culture. Les anglais sont d’une amabilité incomparable, toujours très polis et aidant. Et d’un autre côté il y a la jeunesse anglaise, complétement débraillée lors des soirées alcoolisées. C’est assez contradictoire ce fossé entre la nouvelle et l’ancienne génération… Bref, on se sent très vite à l’aise ici, les gens ont le cœur sur la main pour t’aider à trouver telle rue, ou un renseignement divers et c’est très appréciable quand tu arrives dans un pays étranger. Concernant le climat. Il caille je ne vais pas vous le cacher, et il pleut aussi! Mais ce n’est pas plus frisquet qu’en France puisque finalement entre Bournemouth et Lille je dirai que c’est blanc bonnet-bonnet blanc en terme de rapprochement du pôle nord! Ceci dit, comme toute ville côtière, le vent est très présent. Et dans notre cas le vent est sacrément froid. C’est pourquoi même s’il fait 10° par ex, tu as l’impression qu’il en fait 2°. Yeaaaah! Vivement décembre. Personnellement je préfère le sud et la côte Atlantique! Je trouve aussi la vie beaucoup plus cher qu’à Bordeaux (on ne vas pas comparer à Paris où l’on paie 13€ son Mojito c’est hors compét’ vive Paris et ton 9m² à 600€ au 6° étage)! Déjà il faut convertir en pounds/euros tout le temps et ne pas se faire piéger. En général dans les supermachés c’est environ le même  prix… hors conversion. Sachant 1£=1€30 env tu te fais bien avoir! Et puis le bus est très cher. 56£/mois! Et en plus il est lent comme tout, ET IL CONDUIT DU MAUVAIS COTE !! Même Topshop exagèrent sur les prix, 50€ le moindre petit truc… Finalement y a que Primark qui est cheap!
Et après?
Je rentre le 17 décembre à Bordeaux. Période des fêtes, donc je vais profiter à fond de ma famille, de mes amies pour la fin décembre. Par la suite je continuerai de travailler mon anglais par le biais de la fac de langue. Vu qu’on peut aisément assister aux amphithéâtres et que les cours de civilisation anglaise et américaine me tentent bien! A côté de cela je vais essayer de reprendre mon poste à McDonald. Money money money… Et toujours plus d’activités il faudra aussi que je m’occupe de toooooous mes dossiers de masters. Cain’t wait! J’adore l’administratif (passez moi la corde!). Je suis consciente qu’en à peine un trimestre je ne deviendrai pas bilingue, ou fluent, mais au moins, j’aurai la faculté de m’exprimer en anglais facilement et de pouvoir me servir de cet atout pour mes candidatures de masters. Le tout est de continuer à pratiquer en rentrant parce que je veux être aussi relou que le bilingue de Norman muahahha!
Voilà j’espère avoir à peut près bien résumé toutes vos questions. Si jamais il vous en vient d’autre, n’hésitez pas à les poser en commentaires, j’y répondrais assidument.
Bonne soirée!

xx Chloé