Capital et les blogs voyage

reportage blog voyage


Le reportage de Capital sur les blogueurs voyage a enfin été diffusé. Je vous en parlais dimanche avec beaucoup d’appréhension avant même de l’avoir vu dans mon article blogtrip : l’envers du décor. Quel soulagement d’avoir pu raconter la facette du reportage qui aurait dû initialement être abordée ! Je m’étais engagée pour un numéro sur « Qui sont les nouveaux acteurs du tourisme? » et nous, blogueurs, devions intervenir pour montrer comment nous travaillions avec les offices de tourisme. Finalement, nous arrivons, comme un cheveu sur la soupe, dans un numéro au titre racoleur : « Vacances gratuites, et si c’était possible? »…

Je voulais juste revenir une bonne fois pour toute sur les passages qui m’ont extrêmement agacés et qui méritaient, à mon sens, d’être traités en profondeur.

VOIX OFF : Les petits malins se prélassent sur un catamaran.

On nous voit heureux comme des pinçons à la vue de baleines, et pour tout vous dire, rien que de me remémorer cet instant me met le sourire tellement c’était génial ! Et puis très rapidement, on passe sur Capucine en live depuis 24 minutes sur Facebook. On me voit en train de me filmer pour SnapChat. Ce que l’on est en train de faire, c’est de créer du contenu en live pour vous faire vivre cette folle aventure à travers les réseaux sociaux. On veut vous embarquer avec nous sur ce catamaran et on veut partager cette expérience à notre communauté. Pendant cette même sortie en catamaran, je m’étais d’ailleurs isolée 2 fois pendant plus de 20 minutes pour poster sur Instagram, en toute cohérence avec le fuseau horaire français. Je savais qu’en rentrant de cette activité, vous serez tous profondément endormis et que cela ne serait plus le bon moment pour publier ma photo. Alors oui, cette activité était vraiment géniale : on a réussi à bien en profiter tout en faisant notre travail. De là à dire que l’on s’est « prélassés », faut pas pousser mémé…

 

VOIX OFF : Combien coûte-t-il de les inviter, est-ce rentable ?

Enfin une bonne question mais creusez bon dieu de bonsoir ! Le directeur de l’office de tourisme de la Dominique explique qu’il faut 9000€ pour faire venir les 5 blogueurs et l’accompagnatrice et affirme que si 15 touristes viennent sur l’île, l’opération lui sera financièrement rentable. Il évoque aussi un point super important : la popularité. Il dit même : « le plus important c’est le bouche à oreille, il vont parler de la Dominique à leurs fans et notre pays va devenir un sujet de conversation et ça, c’est très bien pour nous ». En effet, pour ce blogtrip, on a proposé, chacun dans notre spécialité, différents types de contenus (live, réseaux sociaux, articles, vidéos). Nous avons parlé et mentionné l’office de tourisme sur chacun de nos supports et la destination a été bien mise en valeur. Nous avons toute la liberté possible pour nos publications, tant sur le fond, la forme que la quantité, mais cela ne reste pas moins une belle visibilité offerte pour la destination. Ces prestations que l’on offre à l’office de tourisme sont difficilement chiffrables, du moins, pas comme une chambre d’hôtel, une sortie catamaran ou un cours de cuisine créole si vous voyez ce que je veux dire….

VOIX OFF : Poster constamment de nouveaux contenus leur permet d’attirer de l’audience : c’est la condition s’ils veulent continuer à être sollicités par de nouveaux offices de tourisme.

Alors ça, c’est la meilleure, merci de me l’apprendre Capital ! Cela fait 6 ans que je poste constamment de nouveaux contenus parce que je suis une passionnée du blogging. Dire de telles inepties, c’est donner raison à ceux qui créent des blogs motivés par les partenariats qui peuvent hypothétiquement en découler. La blogosphère risque sûrement de voir fleurir de nouveaux sites après ce reportage d’ailleurs en racontant de telles bêtises… Pour tenir un blog assidûment et régulièrement pendant plusieurs années, c’est par passion que l’on y arrive !

 

VOIX OFF : Quand les dominiquais ne correspondent pas aux critères de la carte postale, ils n’hésitent pas à les éloigner. Mais comment les blogueurs vont-ils retranscrire cela ? Les lecteurs peuvent-il se fier à leurs avis ?

Une conclusion sur l’honnêteté des blogueurs, celle-ci, je ne l’avais pas vue venir. Appelons-la le clou du spectacle ! C’est quand même la poêle qui se fout du chaudron non ?! Et les téléspectateurs de Capital, peuvent-ils vraiment se fier à votre reportage… ?! J’ai vraiment été agacée par cette fin bourrée de sous-entendus infondés. S’il y a bien quelque chose à laquelle je m’efforce ici, c’est d’être droite avec vous pour l’être dans mes baskets. Le passage avec la dame qui hurle dans le marché ? Je vous l’avais diffusé en live sur Snapchat !!!

Si vous l’aviez loupé :

Je comprends que le directeur de l’office de tourisme soit gêné de cette situation mais je n’ai aucune raison de ne pas vous montrer cette facette. En plus du live sur SnapChat et je l’ai aussi abordé dans mon article carnet de voyage en vous avertissant : « il est imp
ortant de noter que la Dominique est un pays pauvre et que ce n’est pas une destination pour des vacances farniente et plage ». Je m’en voudrais tellement si l’un d’entre vous va passer ses vacances en Dominique en pensant retrouver une ambiance Club Med… Les vacances c’est précieux, je suis bien placée pour le savoir et toutes les destinations ne peuvent pas plaire à tout type de vacanciers !
Dans ce même article, je ne vous ai pas parlé de certaines activités que l’on avait faites, notamment le cours de cuisine créole. En fait, je n’ai pas trouvé pertinent de vous le mentionner car pour moi, cet atelier n’était pas suffisamment enivrant. D’ailleurs, ce n’est pas quelque chose que j’aurais fait de moi-même en allant visiter un pays comme celui-ci. Surtout que les tarifs étaient élevés et même si nous n’avons pas payé (ça, vous l’avez compris!), si j’étais à votre place, je privilégierais des activités nature comme celles qui figurent dans mon carnet de voyage (observation de cétacés, randonnées avec un guide, plongée, excursion bateau sur la rivière indienne ou encore le spa naturel).
Mais tout simplement, si vous lisez beaucoup de positif après un blogtrip, c’est tout simplement parce que l’on adore ça !!! Non seulement les profils de blogueurs sont sélectionnés par les offices de tourisme en fonction de nos affinités avec les destinations et de nos personnalités, mais en plus, nous acceptons ces invitations parce que l’on sait que le programme va nous plaire ! Alors, sur 7 jours de blogtrip de folie en Dominique, si je ne suis pas enchantée par un cours de cuisine, franchement, on s’en fout non ? Pour moi, l’important c’est de vous retransmettre l’ambiance de la destination et les choses à faire absolument.

Le traitement du sujet était certes, bien décevant, mais je crois que 20 minutes de reportage sur le travail des blogueurs n’est de toute façon pas suffisant pour tenter de l’expliquer comme il se doit au grand public…

Capital blog voyage

Terminons sur du positif puisque hey, c’est un blog bonne humeur ici :

  • Ma famille était trop fière de mon passage sur petit écran (même si certain n’ont toujours pas compris mon métier c’est ballot!).
  • J’ai réussi à caser l’expression « pavé dans la marre » sans sourciller, sereinement.
  • On n’a pas vu ma culotte dans la scène en voiture, mais ça a failli.
  • La France entière est maintenant au courant que je porte la bouée à merveille.
  • Je suis restée fidèle à moi même : à 2 reprises avec un cocktail à la main, à crier, à danser, à sauter, à faire un clin d’œil et à sourire jusqu’aux oreilles…

C’était vraiment une expérience unique, enrichissante et intense malgré tout. Pendant le blogtrip, j’ai été impressionnée par la façon dont travaillait l’équipe de tournage. Elle n’était composée que de 2 journalistes, un pour les prises de vue et un pour l’interview. Je m’imaginais que beaucoup plus de personnes intervenaient sur place pour une émission de cette ampleur. Beaucoup de scènes sympas ont été filmées mais n’ont pas été diffusées. Nous avons dû composer entre l’organisation rigoureuse d’un blogtrip et les exigences d’un tournage ce qui n’était pas toujours facile. Et puis pendant la diffusion du reportage, mon téléphone n’a pas arrêté de sonner, je recevais des messages de toutes parts et des screenshots rigolos. Je continue toujours à vous répondre à ce sujet et à lire vos réactions.

Un immense merci à tous ceux qui ont allumé M6 pour voir ma trombine, qui ne se sont pas fait avoir par l’angle choisi par le reportage et qui ont partagé en masse mon article sur l’envers du décor des blogtrips. Si même à l’échelle de mon petit site, cela peut faire avancer les idées reçues sur le blogging, c’est déjà un pas. Pour Capital, on repassera !

Sur ce, la boucle est bouclée ! « Bon ben moi je vais faire un petit tour au Mac Donald hin, la vie continue. Mais ne me parlez plus de cette histoire ! » (Mozinor – Bite It, Micheal Jackson).

À très vite pour d’autres aventures !

xx Chloé